Entonnons à l’unisson : Tape la pomme, tape la poire, mousse l’ananas et mout le café! Mais où se trouvent donc les frites à la sauce hollandaise et le chocolat caramélisé roulé dans le sucre en poudre? Parce qu’il ne faudrait pas que notre cher esprit délaisse ces succulentes friandises! Bah oui, l’orthorexie n’est pas notre amie! Cette tendance à manger obsessionnellement sain n’est qu’une arme supplémentaire pour qui désire s’auto-empaler sur des lames tranchantes.

 

Je vous l’avoue humblement, je vous le concède modestement, je vous le confie simplement : mon désir d’autoflagellation se traduit parfois par un vif sentiment de haine envers toute calorie vide. Alors, mon ventre se noue, telle une vipère mettant bas. Je songe et méprise la boustifaille malsaine que j’avalai dans les jours précédant. Aurais-je assez de ces preux chevaliers que sont les vitamines pour me sustenter? Il me semble que dans le cas inverse, la mort m’attend purement et simplement au prochain détour du sentier… Et puis, ces carottes, sont-elles biologiques? Car, vous savez, les insecticides tuent, ils annihileront bientôt toute vie sur terre, y compris la mienne… Dieu! C’est à perdre, perdre la raison!

 

Combat perpétuel, je dois parfois forcer l’hédoniste tapie en moi à se manifester. Causant de sempiternelles sueurs froides et des cauchemars impliquant moult banquets et excès nutritionnels, une discipline contrainte me permet d’absorber un apport nutritionnel légèrement malsain… Mais tellement jubilatoire psychologiquement! Et oui, malgré ma peur effroyablement terrifiante d’une carence alimentaire quelconque, le bonheur se trouve dans l’équilibre… du moins, selon Jiminy Criquet!